peindre ce que l'on a dans la tête
Conseils,  Créativité

Comment peindre ce que l’on a dans la tête?

Peindre ce que l’on a dans la tête

Cette nuit, j’ai fait un rêve…

Ce matin, j’ai fait le point pour essayer de comprendre pourquoi je me suis retrouvée dans ce rêve. Et je pense avoir la raison. Comme beaucoup de rêves, ce n’est pas très cohérent. Mais je vais vous raconter le contexte et les bribes dont je me souviens.

Il y a quelques mois, j’ai fait un stage intensif dans un centre agréé pour m’initier à l’aquarelle. Ce stage était, soit dit en passant, génial ! 😉

J’y ai découvert qu’il était préférable, dans certains cas, de peindre à l’aquarelle de manière légèrement inclinée (ce que je ne savais absolument pas) et de bien fixer la feuille à son support pour éviter qu’elle ne gondole avec l’humidité apportée par l’eau (bon ça, à vrai dire je m’en doutais…).

planche de contre plaqué inclinée
La planche de contre plaqué qui nous servait de support incliné pendant le stage

J’ai donc commencé avec ce que j’avais à la maison pour m’incliner et fixer. C’est à dire : le dos d’un bloc de feuilles et la fin de mon rouleau de ruban de masquage. Celui qui m’avait servi pour faire mes nuanciers à l’acrylique et à l’huile (voici le lien pour lire l’article sur la façon dont j’ai procédé). Bref, je suis arrivée à la fin de mon rouleau et mon bloc de feuilles…est en carton. Alors l’eau…ce n’est pas tip top sur le long terme.

J’ai donc commandé un rouleau de scotch. Voici celui que j’ai choisi après avoir consulté l’avis de mon ami aquarelliste Rémy Lach :-). Il devrait arriver dans la semaine. Et il faut croire que ça me travaille cette histoire de plan incliné car c’est l’objet de mon rêve.

Je cherchais à acheter la fameuse planche de contre plaqué. 😀

Ce que j’avais dans la tête…

Alors voilà, dans mon rêve je rentre dans une boutique de bric et de broc (mais vraiment il y en a partout, de toute provenance) pour acheter une planche de contre plaqué toute simple (que l’on trouve en magasin de bricolage normalement) pour l’utiliser comme support.

peindre ce que l'on a dans la tête : l'ambiance de la boutique de mon rêve
L’ambiance de la boutique de mon rêve
Image par Rudy and Peter Skitterians de Pixabay

Au réveil, je me souviens parfaitement de la boutique : le petit escalier en colimaçon de l’arrière boutique, les suspensions au plafond avec des plantes vertes retombantes (j’ai même identifié l’espèce des plantes qui sont celles que j’ai déjà chez moi). Le long du mur, en se dirigeant vers l’escalier, il y a un crocodile empaillé (oui oui, vous avez bien lu, “un crocodile”, mais je ne sais pas d’où il sort celui là…). Le sol est un vieux parquet à lattes larges comme le pont d’un bateau (comme dans la maison de l’émission sur Saint Malo que j’avais regardé il y a quelques jours) et la boutique dans l’ensemble fait penser à un film où Sherlock Holmes pourrait apparaître. Il y a dans un autre coin, un petit établi avec du matériel de peinture, de quoi préparer ses châssis, etc. Le même que dans l’atelier de mon prof Jérôme Bouscarat.

Bref, je suis au bon endroit, en tout cas dans mon rêve, pour acheter ma planche inclinée. 😉

Pourquoi vous raconter mon rêve ?

Et bien, comme je vous disais, à mon réveil j’ai bien en tête la boutique, son ambiance, les bibelots posés à droite et à gauche, et je la trouve très intéressante pour la représenter en peinture.

Les personnes qui ont lu cet article ont également lu :  Palette de couleurs réduite : quels sont les avantages et comment choisir les bonnes couleurs?

Malheureusement, au fil des heures de la journée, et il n’est même pas midi quand je suis en train de vous écrire ces lignes, le rêve commence à s’estomper. La boutique perd de ses détails, ceux qui justement me plaisaient.

Alors comment faire pour peindre cette ambiance si je commence déjà à l’oublier ?

Est-ce que ça vous ait déjà arrivé, à vous, d’avoir une idée en tête mais de ne pas savoir comment la représenter ? N’hésitez pas à partager vos expériences similaires dans les commentaires et à préciser comment vous avez fait pour y remédier…ou pas. 😉

Voici comment j’ai décidé de procéder pour peindre ce rêve.

Pourquoi est-ce si difficile de peindre ce que l’on a dans la tête ?

Pour peindre d’imagination, il ne suffit pas de prendre les pinceaux et de peindre.

C’est un petit plus complexe comme démarche. Enfin, pour la plupart d’entres nous. 😉

Ce que l’on a dans la tête, on le voit clairement avec mon rêve, est une image très parcellaire de ce que l’on doit représenter. Il y a des endroits de la boutique qui restent flous voire complètement absents de ma mémoire. Il va falloir que je trouve une solution pour les combler.

Croquis de l'intérieur de la boutique de mon rêve
Un petit croquis vite fait pour que vous puissiez vous représenter la structure de l’intérieur de la boutique avec les quelques éléments que j’ai clairement en mémoire. Voyez comme il y a des zones non définies !

De plus, certains objets de mon rêve ne sont pas simples à représenter. Vous savez peindre un crocodile de mémoire vous? Vous savez représenter un escalier en colimaçon sans rater la marche? Moi, je ne sais pas. J’ai besoin de m’appuyer sur des visuels concrets.

Enfin, je vous ai parlé de cette ambiance dans la boutique, c’est ça aussi qui m’intéressait dans la représentation picturale. Alors comment trouver les bonnes couleurs, placer correctement les ombres et les lumières pour que la pièce paraisse un peu tamisée et donne l’impression de protéger des secrets ? (tout ça pour une planche de contre plaqué à l’origine ! :-D)

La solution que j’ai adoptée

Pour m’aider à représenter mes idées, je vais chercher des visuels existants. Jamais je ne trouverai la boutique de mon rêve mais en récupérant différents visuels d’éléments, avec les couleurs, des ambiances etc. je vais recomposer ma boutique.

Composer à partir de photos références

Parce qu’au final, c’est de cela que l’on parle. On est en train de se dire qu’on va composer une “œuvre” (c’est-à-dire : agencer des éléments) sur la base d’un rêve, ou d’un visuel que l’on a dans la tête. D’ailleurs, je vous invite, si ce n’est pas déjà fait, à lire cet article sur la composition. Ces notions vont nous permettre de peindre ce que l’on a en tête de manière encore plus attractive.

Ce que je vais faire cet après midi, c’est fouiller dans des banques de données d’images libre de droits pour rassembler des visuels pouvant m’aider à reconstituer mon rêve et me permettre de m’appuyer dessus pour représenter l’intérieur de cette boutique.

J’utilise en général : Pixabay et Unsplash (banques d’images gratuites et libres de droits)

Mes trouvailles de l’après-midi!

Voici toutes les photos que j’ai pu trouver sur Pixabay. J’ai utilisé des mots clés se rapprochant du sujet de mon rêve (ex : boutique, marché aux puces, antiquité, suspension, escalier, crocodile, etc.)

Je vais maintenant commencer à composer mon tableau en m’appuyant sur ces photos pour représenter les différents éléments de la boutique de mon rêve. C’est un exercice qui n’est pas simple et qui va me prendre probablement un certain temps pour que ma composition me plaise. Cependant, il faut que je procède rapidement pour que ce que j’ai dans la tête ne s’estompe pas davantage.

Alors je vous laisse, je dois me mettre au “travail”! 😉

Et avec tout ça, je n’ai pas avancé sur ma planche de contre plaqué. Si vous avez des bons plans, n’hésitez pas à les partager en commentaire. Je suis preneuse et cela pourra peut être aider d’autres aquarellistes. Merci!!


Pour épingler cet article sur Pinterest :

comment peindre ce que l'on a dans la tête ?

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 3
    Partages

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.