Quel matériel choisir pour bien débuter en peinture
Matériel

Quel matériel choisir pour bien débuter en peinture ?

Souvent, quand on se lance dans une nouvelle activité, on aimerait avoir tout le matériel qui existe afin de mettre toutes les chances de notre côté pour réussir. Quand on commence en peinture, on est souvent un peu perdu face au choix qui s’offre à nous. En général, on se rend dans un magasin, plus ou moins spécialisé, et on se dirige vers le rayon “Beaux-Arts”. Face à la profusion de produits et de marques, et à certains vendeurs qui vous recommanderaient des gadgets pas vraiment utiles (pour l’instant), il faut se poser LA bonne question :

De quoi ai-je réellement besoin à mon niveau ?

Etant passée par là et ayant fait des choix parfois moyennement judicieux à l’époque, je vous propose de détailler le matériel dont vous aurez VRAIMENT besoin. Suivez le guide!

1 – Le support à peindre

La première chose à considérer c’est le support à peindre. Pour vos premiers tableaux, inutiles de mettre beaucoup d’argent dans une toile. Je recommande un bloc papier pour peinture à l’huile ou acrylique avec un grain toilé ou bien des cartons entoilés. Ces derniers sont très pratiques. et ne sont pas très chers.

Pour commencer, prenez plutôt des petits formats : A4 au maximum. Quand vous vous sentirez plus à l’aise, vous pourrez passer à de plus grands formats. Patience! 😉

2 – Le matériel éventuel pour le dessin préliminaire

Pour certains cela sera inutile car ils préfèreront esquisser directement au pinceau. Personnellement, je suis plus à l’aise avec une petite représentation au crayon avant. On va dire que ça me rassure. 😀

Si vous êtes dans le même cas que moi, vous aurez besoin d’un crayon à papier (HB est un bon compromis) et dans ce cas, également d’un taille crayon (ou cutter). Vous pouvez sinon opter pour le fusain dont les traits sont plus faciles à gommer. Et enfin, vous aurez besoin d’une gomme basique et d’un aérosol fixatif !

Ceux qui ont commencé par le dessin avant de vouloir se mettre à la peinture voudront probablement aller plus loin. Je sais que ça va être frustrant mais ce n’est pas du tout la peine de travailler le ton, les détails et les textures. Cela va être recouvert par les couches successives de peinture. Ne vous embêtez pas. Un dessin préliminaire avec un crayon à papier ou un fusain sera suffisant.

L’aérosol fixatif permet de fixer les traits. Ils ne partiront pas avec votre première couche de peinture. Plus économique, vous pouvez utiliser de la laque à cheveux ! 😉

3 – Les pinceaux (et couteaux)

Personnellement j’ai utilisé 1 seul pinceau pendant plusieurs années (Kevrin+ Raphaël N°12, pointe plate et courte à poils d’imitation mangouste). C’était une très bonne qualité de pinceau mais je n’en avais qu’un et j’y faisais très attention.

Mais ça, c’était avant… 😀 Aujourd’hui, j’accumule…

Pinceaux et couteaux de peinture
Ensemble de pinceaux et couteaux pour la peinture

En fait, à chaque fois que j’achète un pinceau, je le mène jusqu’au bout et je le garde…on ne sait jamais ! Peut-être qu’un jour celui-là me permettra de faire un effet que je n’arrive pas à faire avec les autres 😀

Mes pinceaux du début :Kevrin+ Raphaël N°12, pointe plate et courte à poils d'imitation mangouste
Pinceaux plus ou moins usés

Pour commencer, il est donc inutile d’investir dans une centaine de pinceaux et couteaux. Votre set se construira avec le temps et vos besoins, au fur et à mesure de votre pratique.

Idéalement, il vous faudrait pour bien débuter :

  • une brosse plate en amande, qui permet d’esquisser mais également de faire des lignes régulières d’épaisseur variable en fonction de la pression sur la toile. Pour des petits formats, un pinceau N°8 ou 10 sera suffisant. Personnellement, je préfère les fibres artificielles avec des qualités similaires aux poils de mangouste qui est une espère protégée, ou aux poils de martre. Votre choix dépendra essentiellement du toucher que vous souhaitez et de votre budget.
  • Une large brosse plate type “spalter” (N°25 minimum) ou ronde (N°14 minimum) en soies de porc. Elles sont parfaites pour réaliser les fondus et les dégradés.
  • une brosse fine à pointe ronde pour les détails (N°4 ou 6)
Pinceaux pour démarrer en peinture
3 pinceaux pour démarrer à peindre

Prenez bien des pinceaux avec des manches longs qui permettent de prendre du recul. C’est comme dans la vie, il ne faut pas avoir le nez dans le guidon ! 🙂

Et puis éventuellement, en fonction de votre budget et/ou après quelques tableaux, vous pouvez investir dans:

  • une brosse ronde, N°8 ou 10, pour créer les textures et modeler les formes
  • un traceur (ou dit également “liner”) N°3 pour les lignes fines et courbes. Je l’utilise pour les fines branches et les hautes herbes notamment. Il donne un mouvement naturel. Il est utile aussi pour le lettrage, comme pour signer votre tableau par exemple 😀
  • une brosse en éventail, très pratique pour les petites touches comme les touffes d’herbes ou les pelages d’animaux
  • un couteau à peindre pour donner du relief et de l’épaisseur. Prenez-en un avec le maximum de dénivelé entre le manche et la lame afin que vos doigts ne touchent pas le reste de votre tableau quand vous le tenez. Pour ma part, j’ai commencé avec un petit couteau en forme de losange (N°16) qui, je trouve, à l’avantage d’avoir une extrémité pointue très utile pour creuser dans le frais de manière précise. Sinon vous pouvez en prendre un en forme de goutte qui a un bout plus arrondi. A ce stade, un seul couteau, c’est bien suffisant. Je n’ai jamais essayé ceux en plastique donc je ne pourrais pas comparer mais ceux avec une lame en acier souple et un manche en bois sont solides et faciles d’utilisation. Il existe également des couteaux à palette qui sont fait notamment pour mélanger vos couleurs ou racler votre palette. A mon avis, le couteau à peindre le fait tout aussi bien…

Que ce soit pour les pinceaux ou les couteaux, je vous déconseille d’acheter des sets! En général, la composition du set n’est pas idéale.

4- Les tubes de couleurs

A mon sens, il est plus facile de démarrer la peinture à l’acrylique (cliquez ici pour lire l’article sur les 5 principaux types de peinture). Son gros avantage c’est un temps de séchage rapide. Si vous vous trompez, il est donc très facile de recouvrir de blanc la zone en question puis d’appliquer une nouvelle couleur. Le désavantage, c’est un temps de séchage rapide. 🙂 Les fondus et dégradés sont plus difficiles à réaliser car les couleurs sont à mixer dans le frais. On peut cependant ajouter un retardateur de séchage voire simplement de l’eau.

Une fois l’acrylique maîtrisée, ou quand vous en aurez marre de rajouter du retardateur pour faire de beaux dégradés 😉 , vous pourrez investir dans de la peinture à l’huile. Dans tous les cas, vos tubes d’acrylique vous serviront toujours pour votre sous-couche. Nous verrons cela dans un prochain article.

Côté couleurs, bonne nouvelle! 4 suffisent pour faire toutes les nuances! Il vous faut donc simplement les 3 couleurs primaires : jaune, magenta (qui est un rouge rosé) et cyan (un bleu clair) ; et du blanc (vous pouvez prendre du blanc de titane).

Là, vous pouvez prendre un kit de couleurs primaires tout prêt dans le commerce.

Lorsque l’on débute en peinture, la première chose à apprendre c’est de savoir obtenir LA couleur que l’on recherche. Quand on limite sa palette au minimum, à savoir ces 4 couleurs, on comprend plus rapidement le fonctionnement des mélanges et l’obtention d’une couleur. Par la suite, comme pour vos pinceaux, vous pourrez compléter votre palette de couleurs et obtenir encore plus de nuances. Mais s’il vous plait, ne brûlez pas cette étape ! Elle est cruciale dans l’apprentissage de la peinture.

Bon allez, comme vous êtes sympas, vous pouvez éventuellement rajouter un mini tube de noir d’ivoire. Mais c’est bien parce que c’est vous ! …et aussi parce que c’est bien pratique de l’avoir sorti du tube celui là 😉 . Le noir sera dans tous les cas probablement inclus dans le kit du commerce.

5 – Les médiums et additifs

Dans un premier temps, comme nous démarrons à l’acrylique, bonne nouvelle encore : le seul médium dont vous aurez réellement besoin c’est l’eau. 🙂

Comme expliqué juste au-dessus, il vous faudra éventuellement un retardateur pour ralentir le temps de séchage de la peinture. Cela vous permettra de fondre les couleurs l’une avec l’autre et ainsi de créer de jolis dégradés.

Il existe de nombreux additifs pour rendre la peinture plus brillante, plus mate, plus fluide, plus transparente, ou encore lui rajouter une texture particulière. A ce stade, vous pouvez essayer mais ce n’est pas du tout indispensable.

L’acrylique ne nécessite pas de vernissage. Cependant, si vous le souhaitez, il est possible de rendre votre oeuvre plus brillante ou plus mate avec un vernis spécifique.

6 – La palette

Si vous peignez debout (ce qui est très bien car vous pourrez prendre plus de recul 😉 ) il vous faudra un support. Soit la palette en elle-même est rigide, soit vous avez une table à hauteur pour poser votre palette en papier.

Vous pouvez investir directement dans une palette en plastique ou en bois (attention au bois brut qu’il faudra huiler ou vernir) ce qui sera rapidement rentabilisé. Il existe des formes rectangulaires ou ovales. C’est à vous de voir. Ce qui est important pour moi si on acquiert une palette rigide c’est l’ergonomie au niveau de la tenue de la palette. Prenez plutôt des bords biseautés pour que vous n’ayez pas mal au niveau du pouce. Si vous êtes un minimum bricoleur, vous pouvez fabriquer votre palette avec du contre-plaqué.

Une alternative que j’ai longtemps utilisée, c’est l’assiette en carton ou en plastique blanche. Mais ce n’est pas très écologique…

Si vous peignez assis, vous n’avez pas vraiment besoin d’une palette rigide.

Il existe des blocs de papier blanc lisse pour peinture à l’huile et acrylique. Je pense que c’est le plus pratique. Personnellement je n’aime pas du tout les blocs avec un trou, qui imitent la forme d’une palette, car ce n’est pas du tout pratique d’utiliser l’ensemble du bloc comme support et le trou n’est pas du tout ergonomique. En gros je ne comprends pas l’intérêt de ce trou…mais les blocs simples sont de plus en plus rares.

Si vous peignez allongé, je ne peux rien faire pour vous. 😀

7 – Les godets

Il n’est pas utile d’investir dans des godets à ce stade. Vous pouvez trouver ce qu’il vous faut chez vous :

  • des couvercles de pots à confiture ou cornichons ou des pots à yaourt en verre qui vous serviront de godets pour mettre la quantité nécessaire de médiums et d’additifs dont vous aurez besoin pendant votre séance de peinture. En l’occurrence, avec l’acrylique, de l’eau et du retardateur.
  • des pots pouvant se refermer (pots à confiture par exemple) pour conserver les surplus de médiums et d’additifs

8 – Les autres (petits) accessoires

  • une blouse ou une vieille tenue (qui sera vraiment foutue après)
  • une pince à épiler pour enlever les poils des pinceaux restés accrochés à la toile
  • du papier absorbant ou un vieux chiffon, inutile de vous préciser à quoi ça va servir… 😉
  • 2 pots assez haut, type moitié d’une bouteille d’eau en plastique : un pour mettre vos pinceaux propres et l’autre pour vos pinceaux déjà utilisés. Attention : mettez toujours vos pinceaux avec les manches vers le bas pour ne pas abimer leurs poils. Quand vous aurez plus de pinceaux, vous pourrez éventuellement investir dans un pot à pinceaux qui permet de maintenir en suspension les pinceaux dans le solvant sans que les poils ne touchent le fond du pot.

9 –  La mallette

La mallette sert à ranger et/ou à transporter votre matériel. Cela dépend donc de votre espace chez vous et de votre mobilité. Vous n’aurez peut être pas besoin de mallette. En tout cas il en existe plein et certaines ont le chevalet intégré pour aller peindre en plein air. Personnellement j’ai longtemps utilisé une boîte à outil d’environ 50 cm vendue en magasin de bricolage. Elle a fini par être trop petite et j’ai réinvesti dans le même genre mais en tissu renforcé et sur roulettes. Je trouve ça hyper pratique. Il y a plein d’espaces de rangement et je peux l’emmener partout sans me casser le dos.

10 – Le chevalet

A mon avis, il est plus agréable de peindre quasi à la verticale. On a moins mal au dos et on peut prendre du recul. Je recommande donc d’investir dans un chevalet. Un petit à poser sur table peut tout à fait faire l’affaire puisqu’on va plutôt travailler sur des petits formats au départ. En plus, il a l’avantage d’être transportable facilement. Choisissez-en un bien stable.

J’ai la chance d’avoir eu un grand-père menuisier qui m’a offert un chevalet fait-maison. Autant vous dire qu’il n’a pas son équivalent dans le commerce. Mais si vous optez pour un chevalet d’atelier, je vous recommande d’en prendre un avec une crémaillère. C’est le seul point qui me parait essentiel car j’ai vu trop de personnes autour de moi qui ont eu leur tableau dégringoler jusqu’à leur pied alors qu’ils étaient en train de peindre…ça surprend 😀

* * *

Concernant les marques pour l’ensemble du matériel, c’est vraiment en fonction de votre budget. Je dirais que si vous deviez mettre un peu plus d’argent dans quelque chose parmi cette liste de matériel, ce serait les pinceaux.

J’espère avoir fait le tour de tout ce que vous pourriez avoir besoin pour bien démarrer en peinture.

Avez-vous des questions par rapport à cette liste et/ou d’autres suggestions de matériel?

Partager l'article :
  • 1
    Partage
  • 8
    Partages

4 commentaires

  • Avatar

    marie-laure

    Plusieurs questions sur les pinceaux.
    Quel pinceau sera le plus adapté au mélange des couleurs et dois-je le réserver à ce seul usage?
    J’ai acheté des modèles N° 0 et 2 très fins alors que tu ne parles que de N° 8 et plus. Ils me paraissent pourtant
    indispensables.
    J’aimerais savoir les utilisations d’un pinceau plat plutôt que rond et si la peinture à l’huile peut abimer les pinceaux qui ont servi à l’acrylique.

    Pour reproduire des nuages et des prairies ne serait-il pas plus facile pour débuter de copier une peinture plutôt
    qu’une image?

    Sinon l’article est clair et facile à lire. Feras-tu un article pour apprendre le mélange de couleurs ?

    • Florence

      Florence

      Merci!

      Pour répondre à tes questions :

      Si tu dois faire des aplats assez conséquents, ou bien si tu cherches à obtenir une couleur sans nuances, je te conseilles de mélanger tes couleurs au couteau. Cela évite d’abimer les poils de tes pinceaux. Ou bien tu choisis effectivement un pinceau auquel tu ne tiens pas mais qui ne perd pas ses poils.
      Par contre, si tu souhaites des tonalités différentes, des variations dans ta couleur, le pinceau avec lequel tu peins fera très bien l’affaire. En général, ton pinceau est chargé d’une couleur puis, tu le plonges dans un petit peu d’une autre etc. Tout dépend du style de peinture que tu souhaites faire en fait : abstrait, réaliste, impressionniste…

      Par rapport à tes pinceaux N°0 et 2, je peux comprendre qu’ils te semblent nécessaires d’autant plus si tu peins sur de très petits formats (type A4 ou A5) mais dès que tu vas passer sur des plus grands formats, ils te paraîtront vraiment trop fins. Tu les utiliseras alors uniquement pour les détails très précis. Dans l’article, je conseille des pinceaux un peu plus gros pour ne pas avoir à réinvestir dans quelques mois dès que tu passeras à des formats plus grands. De plus, pour les aplats plus importants, impossible de les faire avec des N°0 et 2. 😉

      Si tu laves bien tes pinceaux, ils peuvent servir autant à l’acrylique qu’à l’huile.

      Il est effectivement plus facile de reproduire une peinture qu’une photo. Dans l’article Quels tableaux peindre pour commencer et quelles sont les étapes pour progresser?, j’explique justement que la première étape est de plutôt chercher à reproduire une peinture afin d’apprendre à retrouver une couleur et comprendre les différentes couches de peinture qui composent le tableau. Reproduire une photo c’est plus compliqué car on doit la comprendre, l’interpréter et la mettre en couleur sur la toile. Toujours dans ce même article, j’explique qu’il faut mieux commencer à reproduire des photos très simples type un ciel, une prairie, un nuage en particulier. Ce ne sont que des exercices au début. Il ne faut pas s’attendre à un chef d’oeuvre… Je n’ai pas dit que c’était facile. 😀

      Oui j’avais l’intention de faire très rapidement un article, peut être même une vidéo ce sera plus concret, pour expliquer le mélange des couleurs. Et un autre pour expliquer les différences entre les pinceaux. J’avoue que jusque-là j’utilise la forme des pinceaux au feeling. J’ai 2 ou 3 notions mais il va falloir que je me documente pour vous synthétiser tout ça.

      Merci en tout cas pour ton intérêt pour mes articles et tes questions qui m’aident à structurer la suite et à améliorer mes articles déjà publiés.

  • Avatar

    Claire Joyeux

    Ça donne envie ! Peindre est un fantasme que j’ai depuis longtemps, je n’ai encore jamais osé me lancer pourtant je crois que j’adorerais ça 😉 c’est principalement ma nullitude en dessin qui me bloque, et la peur de manquer d’inspiration et/ou de faire quelque chose qui finalement me fera plus honte que plaisir 😂 ton blog titille mon envie d’essayer, merci ! Tes articles sont simples et encourageants, bravo et belle continuation ✌️🍀😍

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir gratuitement

le guide "Bien débuter en peinture" ;)