Couverture de l'article : qu'est ce que les médiums en peinture, les liants et les solvants ?
Matériel

Qu’est ce que les médiums en peinture, les liants et les solvants ?

Lorsque vous devez vous équiper en peinture, l’utilité des médiums à peindre, des liants et des solvants est souvent confuse. Dans cet article, je reviens sur chacun de ces trois termes pour vous éviter d’acheter tout inutilement et pour vous permettre de les utiliser de manière appropriée.

 

Pour épingler cet article sur Pinterest et le retrouver plus tard :

épingle pour retrouver l'article Qu'est ce que les médiums en peinture, les liants et les solvants ?

Le liant

Revenons aux fondamentaux.

La peinture, en tant que matière, est une substance colorée.

Ce sont des pigments de couleurs incorporés dans un liant.

Pourquoi ne peut-on pas peindre uniquement avec des pigments ?

Les pigments seuls ne tiendraient pas très bien au support.

Ils ont besoin d’être emprisonnés dans une matière, qu’on appelle liant, pour tenir dans le temps.

Même les hommes préhistoriques utilisaient un liant pour faire tenir leurs poudres colorées aux parois des grottes. Ce liant pouvait être de la graisse animale, de la résine, du miel ou de la cire d’abeille ou encore de la moelle.

De nos jours, les liants couramment utilisés pour fabriquer nos couleurs sont l’huile (attention uniquement celles qui sont siccatives, on y revient par la suite dans l’article), l’acrylique, la gomme arabique (pour l’aquarelle et la gouache), la cire d’abeille (pour l’encaustique) et le jaune d’œuf (tempera à l’œuf qui est un autre type de peinture).

Vous noterez que pour le pastel sec, les pigments restent en poudre. Ils demandent donc, une fois posés sur le support, d’être fixés par la suite pour tenir dans le temps. Comme pour les parois des grottes préhistoriques, la rugosité du papier joue un rôle crucial dans l’adhérence des pigments au support.

En conclusion, vous pouvez fabriquer vous même vos couleurs à partir de pigments et de liant. Vous trouverez facilement des pigments en poudre dans le commerce. Et vous pourrez, en les broyant, fabriquer votre peinture. Cela peut être intéressant notamment pour la tempera à l’œuf qu’on peut faire facilement à la maison. C’est une solution aussi pour l’encaustique dont le coût est élevé et le choix de couleurs limité. Pour l’huile, l’acrylique, la gouache et l’aquarelle, j’avoue que je n’y vois pas un grand intérêt puisque les fabricants proposent déjà beaucoup de couleurs mono-pigmentaires. Si vous ne savez pas ce qu’est une couleur mono-pigmentaire et surtout l’intérêt de les privilégier je vous invite à lire cet article.

On vient de voir ce qu’est un liant. Voyons maintenant ce qu’est un solvant.

Le solvant

Les solvants sont des additifs qui vont venir diluer la peinture. Lorsque l’on ajoute du solvant, les pigments, jusque-là agglomérés grâce au liant, vont perdre cette capacité à rester proche les uns des autres.

Les solvants peuvent être l’essence de térébenthine, de pétrole ou encore le White Spirit pour la peinture à l’huile ou l’eau pour l’aquarelle, la gouache et l’acrylique.

Avec ces types de solvants, vous voyez qu’à l’huile, il est important de toujours peindre dans un espace bien aéré. Pour éviter la toxicité des essences et du White Spirit, vous pouvez utiliser des éco-produits développés par certains fabricants avec la peinture à l’huile « classique » ou encore utiliser la peinture à l’huile soluble dans l’eau qui, comme son nom l’indique, permet d’utiliser l’eau comme solvant.

Les personnes qui ont lu cet article ont également lu :  Tout ce qu'il faut savoir pour commencer l'acrylique pouring / la peinture fluide!

Vous l’avez compris, puisque le solvant permet de “casser” l’agglomération des pigments, il sert à retirer la peinture. On va donc utiliser un solvant pour diluer la peinture ou nettoyer ses pinceaux.

En revanche, si vous voulez que la peinture garde sa consistance, privilégiez plutôt l’ajout de liant. Ceci n’est pas valable pour l’aquarelle dont on va chercher une vraie dilution et la transparence avec l’eau. Mais pour la peinture à l’huile ou l’acrylique, l’ajout de liant (huile siccative ou acrylique selon le type de peinture) favorisera le maintien de la couleur.

Et enfin, pour terminer cet article, voyons ensemble ce qu’est un médium.

Les médiums (ou média mais en peinture on fait souvent la faute de langage)

Rien à voir avec les personnes aux pouvoirs surnaturels !

En peinture, on emploie ce terme de 2 manières :

1 / Le terme “médium” s’utilise pour tous les additifs ajoutés à la peinture dont les liants et les solvants.

2 / On parle aussi de “médium” lorsque l’on parle du type de peinture que l’on utilise, comme la peinture à l’huile, l’acrylique et l’aquarelle. Les artistes vont dire : “quel médium as-tu utilisé ?”

Spécificités de la peinture à l’huile

tubes de peinture à l'huile

Les médiums à peindre

Dans le commerce, vous trouverez des médiums à peindre consacrés à la peinture à l’huile. Ce sont en fait simplement des préparations prêtes à l’emploi pour peindre à l’huile. Elles sont généralement composées de liant et de solvant donc d’huile siccative (huile de lin étant la plus couramment utilisée) et d’essence de térébenthine…plus deux ou trois autres trucs complémentaires pour dire qu’il y a une vraie formule derrière.

Les huiles siccatives

On dit qu’une huile est siccative lorsqu’elle a la propriété de durcir en « séchant ». Pour être exacte, l’huile ne sèche pas mais elle s’oxyde en présence d’oxygène, ce qui la fait durcir et emprisonner les pigments durablement.

Il existe 3 huiles siccatives couramment utilisées : l’huile de lin (la plus commune), l’huile de noix et l’huile d’œillette. Chacune a une couleur et un temps d’oxydation lui permettant une utilisation spécifique en fonction du besoin du peintre.

Pour vous simplifier le choix, partez sur l’huile de lin pour commencer. Ça vous évitera de vous demander quel médium à peindre vous devrez prendre. Juste pour info, l’huile de lin cuite sèche plus vite…ce qui peut être un avantage non négligeable lorsque notre tableau demande plusieurs couches et qu’il faut attendre souvent 4 – 5 jours entre deux couches.

La règle du gras sur maigre

La peinture à l’huile, par son processus de « séchage » particulier, demande de respecter une règle : la règle du « gras sur maigre ». Elle consiste à poser une couche de peinture toujours plus grasse que la précédente. Ainsi vous allez jouer avec le solvant et le liant pour modifier la proportion d’huile de votre peinture.

Par exemple, vous pouvez peindre votre fond à l’acrylique, car ce médium est entièrement maigre. Vous pouvez ensuite faire votre ébauche en diluant votre couleur sortie du tube dans un petit peu d’essence de térébenthine. Puis, vous monterez vos couleurs, couche après couche, en utilisant la peinture sortie du tube ou en y ajoutant, petit à petit, un peu plus de médium à peindre ou d’huile de lin.

Les médiums à l’acrylique

A l’acrylique il existe un nombre impressionnant de médiums permettant de modifier la consistance et la texture de la peinture.

Le retardateur de séchage

Vous avez aussi les retardateurs de séchage. Vous savez que l’acrylique, contrairement à l’huile, sèche très vite. Cela peut être très énervant lorsque vous voulez faire de beaux fondus sur la toile. Je vous conseille d’utiliser ce type de médium pour retarder le temps de séchage de votre peinture. Inutile d’en mettre beaucoup, juste une pointe dans votre couleur avant de la poser sur la toile.

Les médiums pour glacis

Ils permettent simplement de rendre la peinture plus transparente avec des effets de brillance variés. Vous pouvez aussi utiliser simplement l’acrylique pure. La peinture sera peut être juste un peu moins fluide qu’avec le médium spécifique pour faire des glacis mais c’est bien plus économique.

Les médiums de lissage

Vous avez par exemple le médium de lissage qui s’utilise beaucoup à l’acrylique pouring. Il s’agit d’une approche créative qui consiste à verser de la peinture liquide sur un support selon différentes techniques. La réaction des couleurs les unes par rapport aux autres ainsi que les additifs et les techniques employés permettent d’obtenir des rendus très graphiques. Si vous ne connaissez pas cette approche je vous invite à lire cet article pour bien commencer.

Les médiums de texture

Et enfin, vous avez des médiums qui font craquer ou épaissir la peinture ou qui incorporent de la matière comme du sable pour donner un effet ou de la texture.

Les personnes qui ont lu cet article ont également lu :  7 bonnes pratiques de l'art de la peinture!

La variété des médiums disponibles à l’acrylique en fait son grand avantage par rapport à la peinture à l’huile, la gouache ou l’aquarelle.

J’espère que cet article vous aura permis de clarifier les termes et l’utilisation des médiums, des liants et des solvants. Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaire, j’essaierai d’y répondre du mieux possible.

Partager l'article :

2 commentaires

  • Martine V.

    Bonsoir Florence,

    Dans votre article vous parlez de 3 huiles siccatives : lin, nous, oeillette.
    Il y a aussi l huile de carthame qui est siccative.

    Ps: quand on peint : on ne confond pas médium et média.

    Très cordialement
    Martine

    • Florence

      Bonsoir Martine,

      Vous avez tout à fait raison de le mentionner. Je vous en remercie. L’huile de carthame est une huile également siccative que l’on trouve facilement dans le commerce. Je suppose que vous peignez avec celle-ci Martine ? Pour ma part, je ne l’ai jamais utilisée. Sèche-t-elle plus rapidement que l’huile de lin ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *